Bat in karé dans le coeur de l'ile : 3eme jour
pascalpenot

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Bat in karé dans le coeur de l'ile : 3eme jour

Par pascalpenot - 24-02-2013 15:18:54 - 2 commentaires

Bat in karé dans le coeur de l'ile : 3eme jour

Ce matin, je me suis levé très tot… il faisait encore nuit… Bonne nuit malgré pas mal de passages devant la tente…..

La journée sera longue, j’espère être dans les hauteurs de saint denis ce soir en passant par salazie et le col de fourches… une mémoire à honorer.

Après avoir quitter Rosa, son bel accent sud américain et Julien, je file vers cilaos… sur la route je trouverai de la lavande dont j’arracherai quelques fleurs et me frotterai le visage et le tee shirt pour me désodoriser un peu de 2 jours de puanteurs. Je cueillerai également quelques mures pour des vitamines bio au ti matin….  mais le grâal n’est pas là !

 

Il est LAAAAâââaaaaa !!!!! Ils SONT lâa !!!! Les meillôrs Macatia du monde de la réunion dans la boulangerie du défunt ti louis qui l’a inventé, arrangé et donné ces lettres de noblesses. Dans le temps lontan le macatia c’était tout les restes de farine pour la préparation du pain, de viennoiserie, de gateaux q’on rassemblait, qu’on faisait cuire et donnait aux enfants. Quasi partout ailleurs dans l’ile le macatia ressemble à un vulgaire petit pain brioché… Ici c’est LE macatia, le vrai!… il est en plus énorme et bon marché.

J’en prendrai 5 ! Amandes, nature, coco, chocolat, fromage…. 2 pour plus tard et 3 que je mangerai tout de suite avec un chocolat chaud. En déjeunant je discute un peu avec une famille de touristes à coté qui demande conseil pour une journée réussie à Cilaos entre rando et visite… Je leur conseille une rando aller retour à la cascade bras rouge puis de filer à Ilet à cordes très beau villages d’agriculteur de lentilles (le trou du cul du monde de cilaos) boire un verre de vin traditionnel à la boutique de jean marie grondin.

 

Je repars le ventre bien rempli pour ma traversée du jour… le soleil est là… en sortant du sentier des porteurs, sur la route, je me ferai prendre en stop pour me faire déposer au pied du Taibit par une couple d’allemand… Comme toujours je leur sors ma phrase savante… Ich habe funf yares deutch gelernt…. Mais je ne me souviens plus de rien !... En fait en discutant un plus ils me diront qu’ils ne sont pas allemantds mais autrichiens !!! La nana me dira en anglais qu’elle aussi Elle a appris le Français pendant cinq ans… et pas mieux !

 

Je démarre la montée du Taibit alternant bon rythme et pause panorama… Je ferai de l’eau à la baraque de la tisane de l’ilet des trois salazes… Puis je croiserai un autre baroudeur des sentiers. Il s’appelle vincent mais il me dit de l’appeler Vinz… je dis "Vince ?"... Il me dit « non !... Vinz avec un Z »… Ah… bon

Voulant prendre son tatouage en photo, Vinz avec un Z me dit ok mais sans la tête (un randonneur anonyme ? bizarre ça !)… Vinz avec un Z me raconte qu’il est parti il y a 2 jours pour errer quelques temps dans les sentiers réunion… Il vit ici et à une fille avec une créole… ce soir il doit être à Marla… Je lui dit que ça va, il ne sera pas en retard… mais il se plaint de son sac trp pesant et me montre ses chaussures, des baskets de ville !!!.... Bref il débute un peu dans les sentiers… Je me garde de lui dire ou je compte être ce soir… je reste évasif en lui disant que j’avance vers le nord, vers Saint denis… Je le quitte en l’invitant s’il arrive assez tot à Marla de pousser vers 3 roches et bivouaquer la bas… plus mieux que je lui dit ! Allez Vinz avec un Z… bonne route !

 

Au sommet du Taibit, Mafate m’accueille cette fois ci dans le grisatre… de la farine dans la descente sur Marla, puis la pluie de plus en plus forte qui m’obligeront à sortir la protection du sac pour garder la tente au sec, ainsi que le Kway pour ne pas prendre froid.

 

Dans la plaine des tamarins dans un sentier qui se gorges peu à peu d’eau, je croise plusieurs troupeaux de vaches. Même si elles sont en général pataudes mieux vaut ne pas passer trop près des cornes… Il arrive qu’elles prennent soudainement peur et détalent dans tous les sens… mieux vaut ne pas être trop près à ce moment la.

 

A la croisé des sentiers des cols, je prendrai celui du col de fourche, gras, pierreux et herbeux je trainerai longtemps à déguster de nid de fraises de bois bien mures… hummmm c’est bon, délicieux ! La pluie tombe toujours parfois en farine parfois plus forte, mais il ne fait pas froid.

 

A mesure que l’approche du sommet du col de forche, ma quête de fraises peu à peu s’évanouit. Je me rapproche tout doucement de la raison de mon envie de passer par ce sentier…Le grand raid l’an dernier y a laissé juste après le col l’ame d’un coureur… Un coureur que, même si on était du même club, je ne connaissais pas…Thierry Delaprez ,ultra-traileur mort dans sa passion.

 

La veille, au bivouac du matarum, j’avis écrit deux trois mots sur un bout de papier… ça parlait d’ame, du cœur de l’ile, de la beauté de ce paradis qui est maintenant quelque part devenu le sien…Je glisse le papier dans une pochette et l’attache au cou de l’ange au ti bon dieu du sommet.

 

Quelques mètres plus bas, en attendant la stèle qui devrait voir le jour, une rubalise indique l’endroit ou la vie s’est arrêté. Je regarderai le précipice, les arbres sur l’un desquels il a été retrouvé sans vie…. Un signe de croix puis une dernière pensée et je reprendrai ma route.

 

A la prochaine croisée, je pars à gauche pour reprendre en direction du parking de col des bœuf...Au parking bien que le temps soit mauvais et que nous sommes jour de reveillon (peu de randonneurs dans les sentiers), coup de bol, je tombe sur 3 randonneuses sur le départ qui me prendront en stop pour les 10km de route ennuyeux vers grand ilet. On papotera un peu de nos parcours pendant le trajet… 2 d’entre elles viennent de métropole, en vacances, la troisième est d’ici.

 

Elles me déposeront devant une boutique de grand ilet dans laquelle je me ravitaillerai avec une eau de Cilaos et une tablette de chocolat au lait

 

Je reprends ma route sous la pluie. Le timing est bon pour dormir ce soir dans les hauts de Saint denis… même si avec ce temps humides ou il a beaucoup plus la nuit dernière, le sentier qui vient m’inquiète un peu.

 

Car au programme m’attend maintenant la montée raide de la roche écrite

 

Elle est fortement déconseillée par gros temps…. Avec la pluie qui ne cesse de tomber, même si elle est maintenant raisonnable on peut voir des cascades qui se dessinent dans la pente un peu partout. J’espère de ne pas en croiser de trop gonflée dans la montée… dans le cas contraire, je suis bon pour bivouaquer dans Salazie et me résigner à rentrer par la route demain.. en stop… un 1er janvier…. Pas glop!

 

 

Je suis rassuré quand même par le ciel… La haut ça semble se dégagé… je me dis que le plateau de la roche écrite doit baigner un peu dans les éclaircies…

 

 j’arrête de douter à mesure que je passe les cascades sans danger…. Après tout… on verra bien !

 

 

Effectivement la plaine de la roche écrite m’accueille sous un agréable soleil et ciel bleu…. La roche écrite est encore plus belle que d’habitude…. Avec la pluie, des rivières se sont créées dans les failles des roches… ça coule parfois presque à torrent… il y en a partout des rivières…. Le bruit de l’eau m’accompagne comme une symphonie agréable…

 

Avant d’attaquer le sentier vers la plaine d’Affouches, je croiserai juste avant le gite des chicot Géraldine Joubert et son inséparable chien…. Géraldine est un monument des sentiers…. Vous l’avez surement croisé ou vous la croiserez surement un jour si vous randonnez à la Réunion. Elle randonne très souvent !... ce soir pour le 31, elle bivouaquera également en solitaire prés du gite, loin des pétards.

 

Le sentier séparant le gite chicot du piton fougères démarre par un foret ou le tamarin est roi !... il y en a de toute les tailles, de toutes les formes, déformés par les vent ou les cyclones.

 

Celui la presque abattu me fait penser à une tête de baleine bleue qui aurait troqué ses nageoires pour des bras immenses plongeant dans les profondeur de cette terre.

 

A une croisée de sentiers, je décide de prendre le sentier fermée du kiosque d’affouches. J’ai dans l’idée de passer le réveillon sous le kiosque d’Affouches… En passant par là, ça me permettra d’arriver avant la nuit. Magré pas mal de longozes, le sentier se voit bien et est praticable aisément sur son début.

 

Manque de pot, je tomberai nez à nez avec un éboulis. Tout le sentier est parti sur une dizaine de mètres. En contrebas c’est le vide et un ravin d’une bonne trentaine de mètres. Je poserai le pied pour voir si en taillant une trace au sabre à canne ça peut passer… Mon pied ne tient pas, je m’enfonce dans le vide et j’entends la terre rouler dans le ravin… bon ben… demi-tour !!!

 

Avec ce contretemps l’heure à tourné. Si je veux monter le camp avant la nuit, je dois changer mes plans de bivouac. Je me décide de bivouaquer à nouveau au piton fougères à la croisée des sentiers comme le 22 décembre dernier… sur le chemin, je profite des dernier panoramas de Mafate qui s’éteint peu à peu dans le crépuscule.

 

J’arrive assez tôt avant la nuit pour préparer la routine du bivouac… planter la tente, se doucher à la lingette….

 

.., s’habiller d’affaires chaudes et non puantes, gonfler le matelas puis l’oreiller, sortir le sac de couchage avant d’attaquer le diner.

 

Mon repas de réveillon se composera d’une soupe chinoise suivi de semoule bio complète avec une boite de foie gras. Au dessert un Macatia au fromage acheté à Cilaos à la boulangerie du cirque et une mangue josé bien mure. Pour arroser ce repas de réveillon de l’ eau de Cilaos ! Un vrai gueuleton ! Je me couche vers 20h30 après avoir profité du ciel et de ses étoiles… Je serai réveillé une peu avant minuit à la fois par les premiers SMS de bon année et les bruits de pétards surgissant des bas.. Je retournerai ensuite dans les bras de morphée jusqu’au petit matin !

 

A suivre

Billet précédent: Bat in karé dans le coeur de l'ile : 2eme jour
Billet suivant: Bat in karé dans le coeur de l'ile : dernier jour

2 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 02-03-2013 à 12:36:22

Bonne année Pascal !!!!

au fait, Jacqueline elle s'appelle Jacqueline ou Géraldine ?

Commentaire de pascalpenot posté le 03-03-2013 à 00:31:49

corrigé merci!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.18 - 618494 visites