Week-end Volcan Jour 3 : Un parcours parfait pour l’entraînement Trail
pascalpenot

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Week-end Volcan Jour 3 : Un parcours parfait pour l’entraînement Trail

Par pascalpenot - 30-11-2011 16:57:23 - Aucun commentaire

Week-end Volcan Jour 3 : Un parcours parfait pour l’entraînement Trail

 

Le parcours : Piton Textor - Piton de l'eau - Plaine des palmistes - Piton Textor 

Couché à 19h15, réveil à 04h30, j’ai bien dormi repu par mon dîner composé d’une soupe, de semoule, de macédoine de légumes, de rougail morue et de 2 compotes.

La Réunion se découvre encore sous un soleil magnifique. Alors que les grosses chaleurs commence à poindre au niveau de la mer, ici, au dessus de 2000m, il fait bon, frais la nuit et agréablement ensoleillé le jour.

Vers 06h, je ferai la connaissance d’un forummer du grand raid, leplunul qui vient se garer à Textor pour faire sa sortie Trail dominical

Vers 6h45, me voila parti pour au départ pour une rando sportive qui va se transformer parfois en Trail malgré un sac à plus de 8 kilos dont 5 et demi d’eau.

La partie menant au piton de l’eau est très light et agréable à courir malgré le poids du sac. En passant le piton tangue, je reste émerveillé par un énorme tamarin couché par les vents mais bien vivant, écartant ses branches comme une invitation à bivouaquer aux pieds de ses racines.

J’arrive au piton de l’eau un peu après 8h.

Le piton de l'eau vue d'en bas 

Le piton de l’eau entouré d’arums porte bien son nom.

Le piton de l'eau vue d'en haut 

J’attaque ensuite le sentier descendant à la plaine des palmistes par le piton des cabris. Je démarre en traversant un champ de bovins. Un taureau me regarde perplexe et pas mal de vaches sont un peu affolées de ma présence. Je les contourne restant près des branles ou cas ou. Très vite le sentier redevient comme je les aime, un sentier de foret. D’abord des branles puis au fur et à mesures que je perdrai de l’altitude, des Tamarins des hauts, des Mapou, et des Fanjans immenses !

Régulièrement, le sentier traverse des ravines. Les pierres lisses de toute végétation indiquent qu’il ne doit pas faire bon être la par temps de grosses avalasses. Ça doit débouler à torrent là-dedans.

En pente douce jusqu’au piton des cabris, le sentier plonge ensuite bien raide… Idéal pour une bonne séance de descente à casser de la fibre musculaire.

Le sentier est mieux entretenu qu’il y a quelques années. A l’époque on y étaient passés avec Anise et les bégonias naturalisés et bien humide recouvraient tout le sentier jusqu’à la taille masquant le sol, les marches et les roches. Je me souviens encore d’Anise qui disait « ce sentier là mon chéri… c’est la dernière fois ! »

Arrivé à la plaine la forêt endémique laisse la place à une foret cultivé de cryptomeria. Tout en ligne droite, une horreur de l’homme moderne.

Ensuite pour réattaquer le sentier montant vers Textor, il y a 2,3 Kms de route montante. Les bâtons devant les maisons sans portail me rassurent en cas de chiens emmerdants. Sur la route, je trouverai sur les troncs des mimosas de quoi mettre un peu de gomme arabique sous la dent.

Arrivé au départ du sentier, zone de pique-nique, noir de famille Réunionnaise au grand complet, je fais également ma pause casse croûte.

Il est pas midi quand j’attaque la dernière montée vers Textor. Il fau d’abord remonter une longue partie de foret cultivé avant de retrouvera la foret, la vrai !

Ici le Mapou règne en maître, pas mal de Fanjans également ainsi que quelques Tan rouge. A mesure que prend de la hauteur, je retrouve branle et tamarins des hauts.

Le sentier est raide. Parfait pour un entraînement Trail tant au niveau musculaire – il faut lever haut ! qu’au niveau cardio si on pousse un peu. Il y aurait même de quoi planifier un beau parcours de kilomètre vertical entre la plaine et Textor à 2148 d’altitude.

Un peu avant Textor, je m’agacerai sur une canette laisser la récemment par un pollueur et que je ramasserai. Jusque là tous les sentiers empruntés ces derniers jours était assez propre.

J’arriverai à la voiture vers 13h30. Le temps de faire chauffer de l’eau pour une soupe, un chocolat chaud, puis un café accompagné de pain de miel et de fruit et je reprendrai la route pour Saint-Denis encore en train de rêver éveillé.

A la prochaine

Billet précédent: Week-end Volcan Jour 2 : A la découverte d’un sentier fermé
Billet suivant: Entrainement S48 et le Tour des ilets de Mafate

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 618569 visites